Nouvelles

Rendez-nous visite sur Tarot Gratuit
Mise en ligne hebdomadaire d’articles de qualité

Les Sigils – représentant les divers anges et démons que le magicien invoquait

Crystal 15.03.2012 09:00

Définition:

Un sigil ou sceau est une figure graphique qui représente, en magie, un être ou une intention magique. Le terme provient du latin sigillum qui signifie “signature”.

Dans les cérémonies magiques médiévales, le sigil était souvent utilisé afin de se référer aux signes occultes représentant les divers anges et démons que le magicien invoquait.

Au XXe siècle, les sigils magiques sont la plupart du temps des concentrations visuelles de la volonté du magicien. Le concept en fut créé par le peintre et occultiste Austin Osman Spare.

Il mit au point une méthode par laquelle une intention magique basée sur un sort quelconque pouvait être rendue sous forme de dessin porteur de l’intention magique projetée en lui par la volonté du magicien. La volonté du magicien est chargée dans le sigil et devient alors efficace en tant que courant d’énergie.

Pratique:

La “Sigilisation” est une méthode par laquelle un désir ou une intention sont traduits en une forme non évidente, comme un glyphe ou une image qui ne rappellent pas aussitôt l’intention de départ. Toute intention magique peut être écrite, et les lettres mélangées pour former une image, un mantra ou un néologisme, qui peut être répété ou visualisé jusqu’à ce qu’un état de gnose s’en suive.

Le sigil peut aussi être mis de côté jusqu’à ce que l’intention de départ soit oubliée, puis lancé.

Pendant un état de gnose, le sigil peut être dessiné ou visualisé, en se concentrant dessus à l’exclusion de toute autre chose. Cela permet au subconscient de “reprogrammer” la réalité en accord avec le désir de l’officiant. Dès que le sigil est fait, il est oublié, afin que la soif de résultat n’empêche pas la ralisation du souhait.

Les mots, parlés ou écrits, forment la majorité des sigils. On peut aussi expérimenter avec l’ancrage des désirs à des senteurs spécifiques, des goûts ou des sons. Les sigils peuvent apporter une vaste panoplie de résultats, du plus abstrait au plus profane. Altération du contenu des rêves, changement d’habitudes ou de comportement, arrangement de coïncidences fortuites.

Les sigils peuvent être formés de cette manière indépendamment de tout système planétaire ou autre système de symboles, et peut être lancé sans rituel élaboré. C’est une méthode magique simple et élégante ; son efficacité peut être prouvée par la pratique personnelle.

Les méthodes de sigilisation en cinq catégories de base.

– Méthode des mots

– Méthode des mantras

– Méthode graphique

– Méthode automatique

– Méthode traditionnelle

Las trois premières techniques s’expliquent quasiment d’elles-mêmes, les deux premières utilisent un désir verbalisé pour formuler un Sigil et la troisième se fait au moyen d’une représentation graphique de celui-ci.

La quatrième méthode utilise une forme d’autosuggestion similaire à “l’automatisme psychique pur” du Surréalisme ou à “l’écriture automatique” du spiritisme, bien que les différences avec ces deux autres méthodes deviendront plus claires après notre explication.

La dernière méthode incorpore des symboles magiques traditionnels (comme les symboles planétaires) et des Sigils spécifiques (par exemple “les carrés magiques”) par opposition aux symboles personnels, bien que d’une certaine manière ils puissent se regrouper si l’on est familiarisé avec ces symboles.

Interprétation:

Le sigil magique est une forme commune de travail magique parmi les pratiquants. Les symboles et signes ont toujours été des outils des magiciens et alchimistes. Les anciennes “runes liées” des peuples germaniques en sont un exemple.

Dans le cérémonial magique médiéval, le terme sigil était couramment utilisé pour désigner des signes occultes représentant divers anges et démons qu’un magicien pouvait invoquer. Les livres de pratique de la magie, les grimoires, listaient souvent des pages sur de tels sigils.

Une liste particulièrement connue est contenue dans le Lemegeton dans laquelle les sigils de 72 princes de hiérarchie de l’enfer sont donnés pour l’usage des magiciens. De tels sigils étaient considérés comme l’équivalent “vrai nom” de l’esprit, et donc donnait au magicien un moyen de contrôle sur les êtres.

Les sigils sont aussi communément trouvés dans le mysticisme juif et la magie kabbalistique(qui est un point de vue particulier de Sefer RazielHaMalakh et d’autres sources mystiques juives médiévales) sur lesquels une grande partie de la magie occidentale est fondée.

Articles liés

Appelez dés maintenant le 090 436 007 (2,00 Euro/min) afin de découvrir d’autres avantages. Afin de préserver vos données personnelles, votre numéro de téléphone ne peut être lu par nos conseillers.