Nouvelles

Rendez-nous visite sur Tarot Gratuit
Mise en ligne hebdomadaire d’articles de qualité

La Bolomancie – divination par les flèches…

Crystal 27.12.2011 21:44

Définition :

La Bélomancieou la Bolomancie est la divination par les flèches, cette méthode divinatoire fut utilisée par les Chaldéens, les Grecs, les Arabes ainsi que les Scythes.

Pratique :

Ces peuples pratiquaient la Bolomancie de manière très différente. L’une des méthodes utilisées pour pratiquer la Bolomancie, consistait à prendre plusieurs flèches sur lesquelles on écrivait des réponses relatives à ce qu’on voulait demander.

Interprétation :

Les Chaldéens inscrivaient sur leurs flèches le nom des villes dans lesquelles ils se proposaient d’aller. La première flèche qu’ils tiraient du carquois leur indiquait où il fallait se rendre. D’autres peuples tiraient des flèches sur lesquelles étaient écrits des symboles occultes; les inscriptions sur la flèche qui allait le plus loin étaient lues comme un signe magique. Également, des voyageurs perdus utilisaient parfois la Bolomancie pour retrouver leur chemin le voyageur jetait sa flèche en l’air, et lorsqu’elle retombait à terre, la direction vers laquelle elle pointait indiquait où le voyageur devait aller. Par ailleurs, diverses observations servaient de base au devin qui par exemple, devait interpréter la trajectoire d’une flèche, donner un sens au sifflement produit lorsqu’elle était projetée dans l’air, étudier la façon que la flèche atteignait la cible visée ou le sol.  Le devin pouvait aussi établir des présages à partir d’une volée de flèches; en analysant notamment les différentes trajectoires des flèches, ainsi que les figures qu’elles avaient dessiné au sol. Dans la plupart des mythologies, l’arc tient une place  importante. Les sorciers, devins, chamanes et prêtres, lui attribuèrent des propriétés magiques et une puissance surnaturelle. En Mongolie, au Japon, dans les tribus d’indiens d’Amérique du Nord, l’arc est l’objet de tabous divers.  Imaginer que des forces occultes puissent influer sur le vol d’une flèche, amena à penser qu’on pouvait prédire l’avenir à l’aide de flèches. Cet art appelé “Bolomancie” se pratiquait chez les Slaves, les Germains, les Scythes, les Sémites, et les Babyloniens.
La Bolomancieest mentionnée à plusieurs reprises dans la Bible. La littérature médiévale utilise largement les symboles fournis par l’arc et la flèche. Geoffrey CHAUCER dans le “roman de la rose” en fait grand usage. Longfellow, dans son poème sur Hiawatha affirme que “la corde est à l’arc ce que la femme est à l’homme : elle le fait plier mais elle lui obéit ; bien qu’elle le tire, elle le suit.” On retrouve aussi dans la coutume des archers de l’ancienne Genève, qui ne tiraient jamais une flèche sans prier la vierge Marie d’en guider le vol.  Ils criaient au décoché : “Porte-la, Notre Dame !” Dans le tir à l’arc du kyû-dô, le Japonais ne voit pas un sport mais une pratique religieuse. On peut supposer que cette pratique de Bolomancie s’est perdue avec la disparition des archers, de la chasse, et de la modernisation de l’outil de guerre. La flèche représente l’homme lui-même, son pouvoir guerrier, son pouvoir sexuel, son pouvoir fabricateur. Plus près de notre époque le jeux du Mikado reste une trace vivace de cette divination en faisceau de baguettes en bois que l’on prend soin de tenir bien droites, en les séparant ensuite à certains jours marqués, où selon leurs propres symbolismes, on y trouvera une manifestation de l’avenir.

Articles liés

Appelez dés maintenant le 090 436 007 (2,00 Euro/min) afin de découvrir d’autres avantages. Afin de préserver vos données personnelles, votre numéro de téléphone ne peut être lu par nos conseillers.