Nouvelles

Rendez-nous visite sur Tarot Gratuit
Mise en ligne hebdomadaire d’articles de qualité

L’Exorcisme – un rituel religieux destiné à expulser une entité spirituelle maléfique…

Crystal 06.02.2012 11:07

Définition:

L’exorcisme est un rituel religieux destiné à expulser une entité spirituelle maléfique qui se serait emparée d’un être animé (humain ou animal) et, plus rarement, inanimé (objet). L’Exorcisme est probablement universel: il est supposée en Mésopotamie dès le IIème millénaire av. J.-C. et attestée dès le Ier millénaire av. J.-C., et probablement d’origine sémitique ; on le retrouve rarement dans l’Ancien Testament : bouc émissaire chargé des fautes des Israélites et envoyé dans le désert (Lv XVI, 20-22) ; en revanche Jésus le pratique à plusieurs reprises, ainsi que ses disciples qui « chassent les démons » en son nom. Le mot provient du grec ancien: ἐξορκισμός / exorkismós: « action de faire prêter serment », de ex-orkizein : « faire prêter serment, faire jurer à quelqu’un par le Seigneur » ; il passera directement en latin : exorcismus, exorcizare.

Pratique:

L’exorcisme majeur ne peut être pratiqué que par un prêtre, avec l’autorisation de l’évêque (autorisation pouvant être accordée pour un cas spécifique ou de manière permanente). Le prêtre qui, dans le diocèse, exerce le ministère d’exorciste est choisi pour son expérience spirituelle: il doit être « pieux, éclairé, prudent et de vie intègre », précise le Code de droit canonique (c. 1172). Ce ministère d’exorciste s’accompagne d’une tâche pastorale d’accueil, d’accompagnement et de prière, en collaboration avec une équipe d’experts (médecins, psychologues…) pour s’assurer que le cas relève d’un exorcisme et non de la psychiatrie. L’exorcisme majeur s’adresse à des personnes baptisées, conscientes et consentantes, qui sont «opprimées », « obsédées » ou « possédées » par le diable. En aucun cas, un exorcisme ne peut être pratiqué de force. On parle d’ « oppression démoniaque» lorsque la personne souffre de tourments physiques (bruits étranges, déplacements d’objets, incidents répétés…) et de troubles psychiques (désespoir, comportement à risque, tentations…).

Interprétation:

La théologie catholique considère notamment la pression comme l’état d’un être sous l’emprise physique et mentale d’un ou de plusieurs démons. Mais la distinction entre le véritable possédé et les hallucinations de celui qui se croit posséder est difficile à établir. Avant même d’entreprendre un exorcisme, le prêtre exorciste doit donc s’assurer que le sujet est véritablement habité par une puissance démoniaque et non atteint d’hystérie, affligé d’un délire de persécution ou d’une autre perturbation purement psychique.

L’Eglise retient 3 critères comme signe d’une véritable possession:

•L’expression Orale du sujet dans des langues étrangères.
•La connaissance des choses cachées, voyance.
•La force physique hors du commun.

L’exorcisme de l’Eglise catholique est une cérémonie impressionnante et spectaculaire qui comporte 11 actes codifiés par le Rituel romain dont voici les principales étapes. Le prêtre exorciste est généralement accompagné par un ou deux assistants ecclésiastiques, car une cérémonie n’est jamais une cérémonie de tout repos. Il arrive que l’esprit possesseur ou les démons se rebiffent et recourent à des violences extrêmes, par l’intermédiaire du sujet qu’ils ont envahi. C’est souvent un véritable combat corps à corps que le prêtre exorciste doit livrer aux démons. Au début de l’exorcisme, le prêtre s’approche du sujet possédé qui se trouve à genoux ou allongé sur un lit (parfois même, il doit être attaché, s’il est réputé violent), en récitant la litanie des saints tout en l’aspergeant d’eau bénite. L’exorcisme emprisonne alors le cou du malade de son étole violette, avant de réciter le psaume. Puis, le prêtre ordonne au démon de comparaître, de se présenter, de décliner son identité, ce qu’il n’accepte de faire le plus souvent qu’en torturant physiquement le possédé qui se débat et hurle. Aux stades suivants, l’officiant récite les passages de l’Evangile proclamant la divinité et la puissance du Christ, ce qui incommode le ou les démons possesseurs et déchaîne leur fureur. Ces derniers manifestent alors leurs courroux par la bouche du sujet, en proférant des insultes, d’affreux jurons et en poussant des cris épouvantables. Sans se laisser impressionner, le prêtre étend sa main droite sur la tête du possédé en récitant la prière préparatoire puis entreprend la lecture du premier exorcisme du rituel romain appelé “l’exorcisme de Satan” puis suivent des prières et des bénédictions. La plupart du temps, le possédé, reste prostré, hébété, le corps parcouru de frisons. Le prêtre attaque alors le 2ème exorcisme destiné à chassé le “Vieux serpent”. Quand tout se passe bien, le sujet expulse par la sa bouche le ou les démons qui l’habitent, dans une suite de râles, de grondements; de vives douleurs. Libéré, le sujet reste longtemps hébété, prostré, tandis que le prêtre achève la cérémonie un champ liturgique et une prière d’action de grâces.

Articles liés

Appelez dés maintenant le 090 436 007 (2,00 Euro/min) afin de découvrir d’autres avantages. Afin de préserver vos données personnelles, votre numéro de téléphone ne peut être lu par nos conseillers.