Blog

Rendez-nous visite sur Tarot Gratuit
Mise en ligne hebdomadaire d’articles de qualité

Mémoires de Ghyslaine pt15

Ghyslaine 27.01.2012 10:20

J’ai pu leur adresser un baiser. L’éloignement était horrible, dur, une déchirure. Le dimanche matin, dans mon lit, je ne devais être qu’assoupie, je sentais le deuil de 2 personnes, ma mère de sang et Renée, le second m’était insupportable, me tirait le cœur, me nouait les tripes. Ici, dans cette maison, à AJAC, je me sens à des milliers de km, déchirée de ma « terre » de « ma famille » amputée de ces êtres, de cet homme qui me tenait dans ces bras, de Yannick, d’Agnès. Je suis surprise, depuis que j’ai trouvé mon emploi (le 15.10.96) de ne plus aimer mon métier, que j’adorais autrefois. J’étais bien mieux en août, en tant que femme de chambre, qu’à NEBIAS où je me sens « ignorée » bien qu’ils soient sympathiques, j’ai l’impression qu’on ne me voit pas, je me sens comme « si je n’étais pas comme eux ». J’y suis triste, bien que je ne le montre pas, mon travail est fade. Ma vie dans la société est fade, celle de l’autre Ghyslaine avec ces nouvelles connaissances (en amis) est riche, rayonnante, enjouée, heureuse, calme, reposée, sereine, généreuse, je suis déchirée, mon buste est 2, celui de la société, mal, et celui qui a les bras tendus vers vous, spirituels, avec qui la vie m’empêche de m’épanouir, de vous donner tout ce que mes mains, mon cœur, mon visage, mes yeux, voudraient vous communiquer. Il est 22 heures, ma gorge sanglote encore de douleur et mon corps a mal de se trouver ici.

Lisez tous les blogs

Appelez dés maintenant le 090 436 007 (2,00 Euro/min) afin de découvrir d’autres avantages. Afin de préserver vos données personnelles, votre numéro de téléphone ne peut être lu par nos conseillers.